Le point sur la fonction "Data Management" (Gestion des données)


Une fonction en pleine évolution
La fonction « Data Management » (gestion des données) occupe aujourd’hui une place plutôt faible au sein des organisations, et les

(source photo : Google)
départements ou services intitulés « Data Management » (gestion des données) existent rarement en tant que tels.

Pourtant, comme décrit dans ma note "Qualité des données : un enjeu stratégique", la mauvaise qualité des données est néfaste à l'entreprise : performance, réactivité, coûts, image sont directement concernés.

Dans la plupart des organisations, la gestion des données est confiée dans le meilleur des cas à la Direction des Systèmes d’Information, ce qui est nettement insuffisant, compte tenu des enjeux. Mais cette situation a tendance à évoluer. Certaines entreprises commencent en effet à mettre en place des structures dédiées à la gestion des données plus proches des métiers.

Bien que timide, cette récente évolution est très positive, car elle met désormais davantage l’accent sur le contenu (les données clients, produits, marchés, fournisseurs) plutôt que sur un contenant technique (la base de données). C’est certainement dans le domaine du marketing que la fonction prend toute sa dimension, car la connaissance des clients et des comportements offre un avantage concurrentiel évident.

Le Data Manager (Manager de l'information et des données), véritable chef d'orchestre
La fonction au quotidien comporte les tâches suivantes :
- animation, organisation et amélioration des procédures de gestion des données ;
- analyse de la qualité des données ;
- surveillance du contenu et du respect des procédures ;

- management des actions de correction et de prévention des défaillances de qualité ;
- participation aux nouveaux projets de SI.

Pour mener à bien ces tâches, l’outil informatique est bien entendu incontournable. Les outils utilisés de façon courante sont :
- les SGBD (Systèmes de gestion de Bases de Données) permettant d’organiser et de gérer de façon structurée l’information ;

- les différents applications informatiques (ERP, Datawarehouse, applications spécifiques, etc.)
- les outils de Datamining permettant d’analyser l’information client pour anticiper son comportement et le fidéliser ;


Plus récemment, sont apparues des plateformes de :

- Master Data Management (MDM), pour gérer au sein d'un référentiel les données de base (articles, clients, fournisseurs, employés) ;
- gestion de la qualité des données permettant d'une part d'explorer les données (contenant et contenu), d'autre part de manager les actions correctives et préventives.

Le Data Manager (gestionnaire des données) idéal serait un informaticien possédant de solides compétences en gestion, en marketing et en statistiques. Ce profil étant pratiquement introuvable, le Data Manager est souvent un spécialiste des bases de données qui s’est formé à la gestion et au marketing, ou bien un spécialiste métier « à l’aise » avec l’outil informatique. Les compétences pointues en statistiques restent un métier à part entière.

Les qualités et compétences requises pour être un bon « data manager » sont curiosité, compréhension des enjeux de l’entreprise, vision globale du business, rigueur, maîtrise des SGBD, et bien sûr, excellentes capacités de communication.


Avec la multiplication des applications informatiques, et la prise de conscience de l’importance du capital « données », la fonction Data Management (gestion des données) est promise à un bel avenir.


A lire : "Data Management : qualité des données et compétitivité" (Editions Hermes Science / Lavoisier)

2 commentaires:

Jean-Marie Le Ray on 6:57 PM a dit…

Bonjour Christophe,

Très intéressant ce nouveau concept. J'ajouterais toutefois une composante à ce tableau : la veille, qui devrait s'inscrire à part entière dans la gestion des données de l'entreprise. D'autre part, l'évolution me semble presque naturelle. Vu que les sociétés sont de plus en plus submergées par l'infobésité, il est clair que la question de la qualité de l'information qui y circule, autant en amont qu'en aval et transversalement à l'entreprise, devient, ou plutôt, est déjà et sera toujours davantage, un enjeu majeur.
Merci de m'avoir signalé cette info :-)
Jean-Marie

P.S. En tant que traducteur pro depuis une vingtaine d'années, je suis confronté depuis ... une vingtaine d'années à la piètre qualité des données qui proviennent souvent des entreprises. Et la façon dont elles gèrent les traductions en dit long sur le peu d'importance qu'elles accordent à l'aspect qualitatif, sauf quelques exceptions notables, bien sûr...

Christophe Brasseur on 2:45 PM a dit…

Merci pour ces judicieuses remarques ! La veille doit en effet aussi faire partie du travail de Data Manager.

 

My Data News. Copyright 2008 All Rights Reserved Revolution Two Church theme by Brian Gardner Converted into Blogger Template by Bloganol dot com