L'Art du désordre


Le photographe, dessinateur, et écrivain Philippe De Jonckheere a mis ses créations sur le net.
Celles-ci sont accessibles via un ensemble désordonné de shémas et de croquis. Il sufffit de cliquer sur l'une des parties du dessin qui vous intéresse pour accéder aux multiples oeuvres correspondantes de l'auteur. Un vrai labyrinthe plein de bonnes surprises !
A vous de naviguer dans ce désordre étonnant, accessible par www.desordre.net.

4 commentaires:

Henri on 7:54 AM a dit…

Attention :Ph de Jonckheere n'aime pas qu'on parle de lui !
C'est qq'un d'assez "rugueux", j'en ai fait l'expérience...
Henri

Christophe Brasseur on 9:57 PM a dit…

Merci beaucoup de ton alerte, Henri.
En même temps, mon post est plutôt flatteur, et je ne vois pas ce qui pourrait irriter ce grand artiste.
Aussi, à partir du moment où l'on publie sur le net (et c'est le cas de Ph. de Joncheere), on s'expose fatalement à des critiques, bonnes ou mauvaises.

Henri on 10:47 PM a dit…

Voilà ce que j'ai reçu (je n'ai pas tout compris)
Qu’est-ce qui peut bien se passer dans la tête de certains de mes semblables ? Je reçois, il y a quelque jours, un mail de Henri Kaufman qui tient un blog de marketing — don’t ask — pour me dire qu’il est très content d’avoir mentionné le site du désordre dans un article de son blog, dont la spécialité, donc, c’est le marketing. Comme contre-exemple ? Même pas. Non je suis l’exemple même du contre-exemple qui vaut mieux que l’exemple ou quelque chose d’approchant. Je n’aurais pas relevé vraiment, je n’ai pas encore répondu au mail de monsieur Kaufman, parce que vous vous en doutez un peu, je ne suis pas très passionné de marketing, c’est même une logique que j’exécre fondatementalement, celle qui avilise le sujet et en fait un consommateur, cette science qui n’en est pas une, qui fait que l’"on" — et quand je dis on hein — sait que quand une personne entre dans un magasin, elle sache inconsciemment dans les huit premières secondes si elle va ou non acheter quelque chose. Bref. Je n’aurais pas relevé donc si comparable mésaventure n’advenait à mon copain L.L. de Mars dont deux dessins viennent d’être utilisés pour "illustrer" — comme ces gens-là — disent un article du blog de l’alternative libérale.

Là je crois que l’on touche le fond. L.L. de Mars, auteur tout de même de Chérie, promets-moi de m’achever si j’ai une idée de droite sur le site de ce ramassis de petits gorets libéraux, je reste sans voix. Alors nous sommes quelques-uns au Terrier à avoir écrit à l’auteur de cet article, Aurélien Véron, d’abord L.L. de Mars dans un style ordurier dont il est seul capable, le Docteur C, avec son sens unique de la parodie, et puis j’y suis allé de ma forfanterie. J’écris un long mail d’allégeance à l’idéologie libérale — je rappelle pour ceux qui prennent ce débat en route que le libéralisme n’est pas un état de fait donné pour insurmontable, mais bien une doctrine économique, je dis cela pour ceux qui confondent le dernier état du monde avec l’histoire de l’Homme — et puis je feins de m’émouvoir qu’un de leurs article fétides reprennent des dessins d’un bolchévique notoire — je vous assure c’est exactement le vocable que j’ai utilisé — et que cela risque d’être ambigü, et puis je clos mon mail en annonçant que j’inclus en pièce jointe un petit photo-montage de ma composition et dont j’espère qu’il fera comprendre à mon interlocuteur que je le prends pour un con depuis le début.

A ma plus grande stupéfaction, je reçois une réponse très courtoise qui m’explique que vraiment LLdeMars est un détraqué et que les gens du Terrier, c’est la chienlit et même bien pire. Alors évidemment ça m’amuse un peu, je renchéris, un peu incrédule que mon interlocuteur ne soit pas mis en alerte par mon adresse de mail au désordre — tout de même le désordre ce n’est pas vraiment une idée libérale très à la mode — ou encore qu’il n’ait pas l’idée de faire une recherche dans Google sur mon nom, et de s’apercevoir que le site du Terrier fait tout naturellement partie des premières réponses. Nouvelle réponse enthousiaste de mon nouveau petit copain de droite. Alors je me dis que je vais continuer ce petit jeu, lui faire cautionner les pires idées, qu’il y en a marre des pauvres qui ne foutent jamais rien, que la culture c’est qu’un cloaque d’intellos mal baisés ou même que pour bien faire il faudrait tuer tous les Juifs et tous les coiffeurs. Mais je dois dire que je n’en ai pas la force. C’est assez terrifiant et très ennuyeux de discuter avec un con, un authentique con de droite. Et puis cela ne sert à rien. Parce qu’il est impossible d’expliquer à un con qu’il est con, cela fait appel à un raisonnement qui est justement en dehors de sa portée.

Ceci dit, dans le même souffle ou presque, je suis tombé sur ce site, rien à voir, mais quand même, vous allez voir, site depuis lequel on peut dessiner à même une autre page html, et comme au TerrierTerrier on ironisait pas mal sur la charte graphique violine de l’alternative libérale, ne vous gênez pas faites comme moi, allez faire de vilains graffittis sur les sites du Front National de l’UMP ou encore des libéraux daltonniens. Je vous assure ça défoule.

Pendant que j’y étais je me suis même amusé à repeindre la page d’accueil du désordre, lui donner des couleurs. Je pourrais peut-être me laisser aller à une mise en couleurs. Des fois que je sache pas quoi faire de mes dix doigts et de mon temps libre.

Christophe Brasseur on 1:53 PM a dit…

Pas tout compris, moi non plus.
En effet, je comprends mieux ta remarque.

 

My Data News. Copyright 2008 All Rights Reserved Revolution Two Church theme by Brian Gardner Converted into Blogger Template by Bloganol dot com